La spécialité SES en Première

Préambule du cycle terminal

L’enseignement de spécialité de sciences économiques et sociales dans le cycle terminal s’adresse aux élèves désireux de poursuivre l’enseignement commun suivi en seconde dans une logique d’approfondissement et de diversification des thèmes abordés. Les objectifs principaux de cet enseignement sont les suivants :

- participer à la formation intellectuelle des élèves en renforçant leur acquisition des concepts, méthodes et problématiques essentiels de la science économique, de la sociologie et de la science politique ;

- préparer les élèves à la poursuite d’études post-baccalauréat et leur permettre de faire des choix éclairés d’orientation dans l'enseignement supérieur. Il existe en effet un vaste éventail de cursus pour lesquels la maîtrise de connaissances en sciences économiques et sociales constitue un atout indiscutable (classes préparatoires économiques et commerciales, classes préparatoires lettres et sciences sociales, formations universitaires d’économie et gestion, de droit, de science politique, de sociologie, de langues étrangères appliquées (LEA), d’administration économique et sociale (AES), instituts d’études politiques, écoles spécialisées : écoles de commerce et management, écoles de communication et journalisme, etc.) ;

- contribuer à la formation civique des élèves grâce à la maîtrise de connaissances qui favorisent la participation au débat public sur les grands enjeux économiques, sociaux et politiques des sociétés contemporaines.

Le programme du cycle terminal vise à fournir progressivement les outils nécessaires à la compréhension des phénomènes sociaux et économiques, à différentes échelles (micro et macro). Les élèves ayant suivi l’enseignement de spécialité de sciences économiques et sociales en classe de première auront abordé des éléments fondamentaux de l’économie, de la sociologie et de la science politique : la classe terminale permettra de les compléter et de les élargir.

Comme les autres disciplines scientifiques, les sciences économiques et sociales articulent modélisation et investigations empiriques pour rendre compte de façon rigoureuse de la réalité sociale et mettre en question les prénotions. Cette démarche implique la formulation d’hypothèses, la construction d’indicateurs de mesure pertinents et leur soumission à l'épreuve des faits. Les élèves sont sensibilisés au fait que le travail de modélisation ne vise pas tant à décrire la réalité qu'à isoler certaines variables déterminantes pour analyser avec rigueur certaines catégories de faits et de comportements économiques et sociaux. Ils ne confondent pas la construction de modèles avec une idéalisation normative. Ils sont familiarisés avec les différentes modalités d’investigation empirique utilisées en sciences sociales (méthodes quantitatives et qualitatives).

Le programme du cycle terminal de sciences économiques et sociales s’inscrit dans une logique d'approfondissement et de complexification progressive de l’enseignement, entre la classe de première et celle de terminale. Dans cette perspective, l’approche disciplinaire du programme (économie, sociologie et science politique) a pour objectif que les élèves puissent s’approprier les bases de chaque discipline (objets, démarches et méthodes, problématiques, concepts, mécanismes) avant que les différents regards disciplinaires ne se croisent sur des objets d’étude communs.

Le programme fixe des objectifs d’apprentissage ambitieux qui ne peuvent être atteints que grâce à des dispositifs qui engagent les élèves dans une activité intellectuelle véritable. Les professeurs diversifient ces dispositifs en prenant appui sur des supports variés (textes, tableaux statistiques, graphiques, utilisation de jeux, comptes rendus d'enquêtes, documents iconographiques et audiovisuels, monographies, …) et en ayant recours, le cas échéant, aux outils et ressources numériques. Ils s’attachent à donner du sens aux apprentissages et s’efforcent de susciter la curiosité intellectuelle des élèves en montrant comment les sciences économiques et sociales permettent de comprendre des situations concrètes et les grands enjeux économiques, sociaux et politiques.

Comme tous les enseignements, cette spécialité contribue au développement des compétences orales à travers notamment la pratique de l’argumentation. Celle-ci conduit à préciser sa pensée et à expliciter son raisonnement de manière à convaincre. Elle permet à chacun de faire évoluer sa pensée, jusqu’à la remettre en cause si nécessaire, pour accéder progressivement à la vérité par la preuve. Si ces considérations sont valables pour tous les élèves, elles prennent un relief particulier pour ceux qui choisiront de poursuivre cet enseignement de spécialité en terminale et qui ont à préparer l’épreuve orale terminale du baccalauréat. Il convient que les travaux proposés aux élèves y contribuent dès la classe de première.

Les tableaux qui suivent précisent les savoirs et savoir-faire que les élèves doivent avoir acquis à la fin de chaque année. Les élèves doivent en effet être capables de définir et d’illustrer les différents concepts qui figurent dans les objectifs d’apprentissage. Au-delà de ces savoirs et savoir-faire spécifiques aux sciences économiques et sociales, les élèves doivent maîtriser, à l’issue du cycle terminal, un certain nombre de compétences transversales.

En fin de classe de première :

    - mobilisation des connaissances ;
    - résolution chiffrée et graphique d’exercices simples ;
    - collecte et traitement de l’information ;
    - analyse et mobilisation des données ;
    - analyse et mobilisation de documents de natures diverses ;
    - construction d’une argumentation / d’un raisonnement rigoureux ;
    - maîtrise de l’expression écrite et orale.

En fin de classe terminale (en plus des compétences transversales acquises en fin de première) :

    - construction d’une problématique ;
    - construction d’une dissertation.

Objectifs d’apprentissage concernant l’utilisation des données quantitatives et des représentations graphiques

Calcul, lecture, interprétation :

    - Proportion, pourcentage de répartition.

    - Taux de variation, taux de variation cumulé, coefficient multiplicateur, indice simple.

    - Moyenne arithmétique simple et pondérée.

Lecture et interprétation :

    - Indice synthétique.

    - Médiane.

    - Valeur nominale, valeur réelle (notamment, taux d’intérêt nominal et taux d’intérêt réel)

    - Tableau à double-entrée.

    - Représentations graphiques : diagrammes de répartition, représentation de séries chronologiques.

  - Représentation graphique de fonctions simples (offre, demande, coût) et interprétation de leurs pentes et de leurs déplacements.

PLANNING ANNUEL 2021 - 2022

Le planning, les dates des évaluations et les notes des classes de première se trouvent sur ce site ici (la connexion nécessite un identifiant et un mot de passe fourni à chaque élève et à chaque parent ) :

pronote

Science économique

Comment un marché concurrentiel fonctionne-t-il ?

- Savoir que le marché est une institution et savoir distinguer les marchés selon leur degré de concurrence (de la concurrence parfaite au monopole).
- Savoir interpréter des courbes d’offre et de demande ainsi que leurs pentes, et comprendre comment leur confrontation détermine l’équilibre sur un marché de type concurrentiel où les agents sont preneurs de prix.
- Savoir illustrer et interpréter les déplacements des courbes et sur les courbes, par différents exemples chiffrés, notamment celui de la mise en oeuvre d’une taxe forfaitaire.
- Savoir déduire la courbe d’offre de la maximisation du profit par le producteur et comprendre qu’en situation de coût marginal croissant, le producteur produit la quantité qui permet d’égaliser le coût marginal et le prix ; savoir l’illustrer par des exemples.
- Comprendre les notions de surplus du producteur et du consommateur.
- Comprendre la notion de gains à l’échange et savoir que la somme des surplus est maximisée à l’équilibre.

Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils ?

- Comprendre, à l’aide d’exemples, les principales sources du pouvoir de marché (nombre limité d’offreurs, ententes et barrières à l’entrée).
- Comprendre que le monopole est faiseur de prix et être capable de donner des exemples de monopoles (monopole naturel, institutionnel et d’innovation).
- Comprendre, à l’aide de représentations graphiques et/ou d’un exemple chiffré, que l’équilibre du monopole n’est pas efficace.
- Comprendre ce qu’est un oligopole et, à l’aide du dilemme du prisonnier, pourquoi les firmes en oligopole ont intérêt à former des ententes.
- Comprendre que la politique de la concurrence, en régulant les fusions-acquisitions et en luttant contre les ententes illicites et les abus de position dominante, augmente le surplus du consommateur.

ACTIVITES 2021 - 2022

CHAPITRE 2 : COMMENT LES MARCHES IMPARFAITEMENT CONCURRENTIELS FONCTIONNENT-ILS ?

Quelles sont les principales défaillances du marché ?

- Comprendre que le marché est défaillant en présence d’externalités et être capable de l’illustrer par un exemple (notamment celui de la pollution).
- Comprendre que le marché est défaillant en présence de biens communs et de biens collectifs, et être capable de l’illustrer par des exemples.
- Connaître les deux principales formes d’information asymétrique, la sélection adverse et l’aléa moral, et être capable de les illustrer par des exemples (notamment celui des voitures d’occasion pour la sélection adverse et de l’assurance pour l’aléa moral).
- Comprendre que la sélection adverse peut mener à l’absence d’équilibre.
- Être capable d’illustrer l’intervention des pouvoirs publics face à ces différentes défaillances.

ACTIVITES 2021 - 2022

1 vidéo sur les externalités

1 vidéo sur l'asymétrie d'information

Comment les agents économiques se financent-ils ?

- Comprendre que le financement consiste à couvrir des besoins de financement par des capacités de financement.
- Comprendre que le taux d’intérêt – à la fois la rémunération du prêteur et le coût du crédit pour l’emprunteur – est le prix sur le marché des fonds prêtables.
- Savoir que le revenu disponible des ménages se répartit entre consommation et épargne et qu’ils peuvent dégager des besoins ou des capacités de financement.
- Savoir ce qu’est l’excédent brut d’exploitation et comprendre que les entreprises se financent par autofinancement et financement externe (emprunts bancaires et recours au marché financier, en particulier actions et obligations).
- Savoir que le solde budgétaire résulte de la différence entre les recettes (fiscales et non fiscales) et les dépenses de l’État ; comprendre que le déficit budgétaire est financé par l’emprunt et savoir qu’une politique de dépenses publiques peut avoir des effets contradictoires sur l’activité (relance de la demande / effet d’éviction).

ACTIVITES 2021 - 2022

CHAPITRE 5 : COMMENT LES AGENTS ECONOMIQUES SE FINANCENT-ILS ?

1ere vidéo : Les ménages, un acteur dans le financement de l'économie

2eme vidéo : Les entreprises, un acteur dans le financement de l'économie

3eme vidéo : Les modalités de mise en relation des agents dans le financement de l'économie

4eme vidéo : Comment l'Etat se finance-t-il ?

Qu’est-ce que la monnaie et comment est-elle créée ?

- Connaître les fonctions de la monnaie et les formes de la monnaie.

- Comprendre comment le crédit bancaire contribue à la création monétaire, à partir du bilan simplifié d’une entreprise et de celui d’une banque.

- Comprendre le rôle de la banque centrale dans le processus de création monétaire, en particulier à travers le pilotage du taux d’intérêt à court terme sur le marché monétaire, et comprendre les effets que ces interventions peuvent produire sur le niveau des prix et sur l’activité économique.

ACTIVITES 2021 - 2022

CHAPITRE 6 : QU'EST-CE QUE LA MONNAIE ET COMMENT EST-ELLE CREEE ?

1ere vidéo : Quelles sont les formes et les fonctions de la monnaie ?

2eme vidéo : Qui crée la monnaie ?

3eme vidéo : Quel est le rôle de la Banque Centrale ?

Sociologie et science politique


Comment la socialisation contribue-t-elle à expliquer les différences de comportement des individus ?

- Comprendre comment les individus expérimentent et intériorisent des façons d’agir, de penser et d’anticiper l’avenir qui sont socialement situées et qui sont à l’origine de différences de comportements, de préférences et d’aspirations.
- Comprendre comment la diversité des configurations familiales modifie les conditions de la socialisation des enfants et des adolescents.
- Comprendre qu’il existe des socialisations secondaires (professionnelle, conjugale, politique) à la suite de la socialisation primaire.
- Comprendre que la pluralité des influences socialisatrices peut être à l’origine de trajectoires individuelles improbables.

ACTIVITES 2021 - 2022

CHAPITRE 3 : Comment la socialisation contribue-t-elle à expliquer les différences de comportement des individus ?

1ere vidéo : Comment la socialisation  de l'enfant s'effectue-t-elle ?

2eme vidéo : Socialisation primaire et configuration familiale

3eme vidéo : Continuité ou rupture ?

4eme vidéo : Des trajectoires individuelles improbables

Activités : Dissertation du manuel de S.E.S.

1 vidéo supplémentaire sur le thème de la socialisation et de l'identité sociale avec Pierre BOURDIEU

Vidéo LUMNI : Le processus de socialisation

Comment se construisent et évoluent les liens sociaux ?

- Comprendre et pouvoir illustrer la diversité des liens qui relient les individus au sein de différents groupes sociaux (familles, groupes de pairs, univers professionnel, associations, réseaux).
- Connaître les critères de construction des Professions et Catégories Socioprofessionnelles (PCS)
- Comprendre et savoir illustrer le processus d’individualisation ainsi que l’évolution des formes de solidarité en connaissant la distinction classique entre solidarité « mécanique » et solidarité « organique ».
- Comprendre comment les nouvelles sociabilités numériques contribuent au lien social.
- Comprendre comment différents facteurs (précarités, isolements, ségrégations, ruptures familiales) exposent les individus à l’affaiblissement ou à la rupture de liens sociaux.

ACTIVITES 2021 - 2022

Synthèse sur le thème des liens sociaux

1ere vidéo sur le thème des liens sociaux : les groupes sociaux

2eme vidéo sur le thème des liens sociaux : les groupes sociaux

3eme vidéo sur le thème des liens sociaux : les réseaux sociaux

4eme vidéo sur le thème des liens sociaux : les PCS

Quels sont les processus sociaux qui contribuent à la déviance ?

- Comprendre la distinction entre normes sociales et normes juridiques, et connaître la diversité des formes de contrôle social.

- Comprendre que la déviance et/ou la désignation d’un acte comme déviant se définissent comme une transgression des normes et qu’elles revêtent des formes variées selon les sociétés et, en leur sein, selon les groupes sociaux.

- Comprendre que la déviance peut s’analyser comme le produit de différents processus sociaux (étiquetage, stigmatisation, carrières déviantes).

- Comprendre et illustrer la distinction entre déviance et délinquance.

- Comprendre et illustrer les difficultés de mesure de la délinquance.

ACTIVITES 2021 - 2022

1ere vidéo sur le thème de la déviance et la délinquance

2eme vidéo sur le thème de la déviance et la délinquance

3eme vidéo sur le thème de la déviance et la délinquance

4eme vidéo sur le thème de la déviance et la délinquance

Comment se forme et s’exprime l’opinion publique ?

- Comprendre que l’émergence de l’opinion publique est indissociable de l’avènement de la démocratie : d’abord monopole des catégories « éclairées », l’opinion publique est désormais entendue comme celle du plus grand nombre.
- Comprendre les principes et les techniques des sondages, et les débats relatifs à leur interprétation de l’opinion publique.
- Comprendre comment le recours fréquent aux sondages d’opinion contribue à forger l’opinion publique et modifie l’exercice de la démocratie (démocratie d’opinion) et de la vie politique (contrôle des gouvernants, participation électorale, communication politique).

ACTIVITES 2021 - 2022

1 vidéo sur le thème de l'opinion publique

Vidéo LUMNI : Comment se forme et s’exprime l’opinion publique ?

Voter : une affaire individuelle ou collective ?

- Être capable d’interpréter des taux d’inscription sur les listes électorales, des taux de participation et d’abstention aux élections.
- Comprendre que la participation électorale est liée à divers facteurs inégalement partagés au sein de la population (degré d’intégration sociale, intérêt pour la politique, sentiment de compétence politique) et de variables contextuelles (perception des enjeux de l’élection, types d’élection).
- Comprendre que le vote est à la fois un acte individuel (expression de préférences en fonction d’un contexte et d’une offre électorale) et un acte collectif (expression d’appartenances sociales).
- Comprendre que la volatilité électorale revêt des formes variées (intermittence du vote, changement des préférences électorales) et qu’elle peut refléter un affaiblissement ou une recomposition du poids de certaines variables sociales, un déclin de l’identification politique (clivage gauche/droite notamment) et un renforcement du poids des variables contextuelles.

ACTIVITES 2021 - 2022

CHAPITRE 4 : Voter : une affaire individuelle ou collective ?

1ere vidéo : La mesure de la participation électorale

2eme vidéo : Les déterminants de la participation électorale

3eme vidéo : Les déterminants du vote

4eme vidéo : La volatilité électorale

Vidéo LUMNI : La science politique, une analyse scientifique du champ politique


Regards croisés

Comment l’assurance et la protection sociale contribuent-elles à la gestion des risques dans les sociétés développées ?

- Connaître les principaux types de risques économiques et sociaux auxquels les individus sont confrontés (maladie, accident, perte d’emploi, vieillesse).

- Comprendre que l’exposition au risque et l’attitude face au risque (perception du risque, aversion au risque, conduites à risque) diffèrent selon les individus, les groupes sociaux et les sociétés, et être capable de l’illustrer pas des exemples.

- Comprendre les effets positifs (bien-être, incitation à l’innovation) et négatifs (aléa moral) du partage des risques tant pour les individus que pour la société.

- Connaître les principes (prévention, mutualisation et diversification) qui permettent la gestion collective des risques et savoir les illustrer par des exemples.

- Connaître le rôle des principales institutions qui contribuent à la gestion des risques (famille, sociétés et mutuelles d’assurance, pouvoirs publics).

- Comprendre que la protection sociale, par ses logiques d’assurance et d’assistance, contribue à une couverture des risques fondée sur le principe de solidarité collective.

ACTIVITES 2021 - 2022

1ere vidéo sur le thème de l'assurance sociale et la protection sociale

2eme vidéo sur le thème de l'assurance sociale et la protection sociale

Vidéo LUMNI : Attitudes et protections face aux risques dans les sociétés développées

Comment les entreprises sont-elles organisées et gouvernées ?

- Comprendre le cycle de vie d’une entreprise à partir de quelques exemples (création, croissance, changement de statuts juridiques, disparition).

- Connaître et être capable d’illustrer la diversité des figures de l’entrepreneur : par leur statut juridique (entrepreneur individuel, micro-entrepreneur, chef d’entreprise) ; par leur position et leurs fonctions économiques (entrepreneur-innovateur, manager, actionnaire).

- Comprendre les notions de gouvernance, d’autorité et de décentralisation/centralisation des décisions au sein d’une entreprise.

- Comprendre qu’une entreprise est un lieu de relations sociales (coopération, hiérarchie, conflit) entre différentes parties prenantes (salariés, managers, propriétaires/actionnaires, partenaires d’une coopérative).

ACTIVITES 2021 - 2022

Synthèse sur le thème de l'organisation des entreprises

1 vidéo sur le thème de l'organisation des entreprises



"il n'y a pas de route royale pour la science, et ceux-là seulement ont des chances d'arriver à ses sommets lumineux qui ne craignent pas de se fatiguer à gravir ses sentiers escarpés."

K. Marx (1818-1883)

index

La spécialité SES en Première